11 novembre au village

Tout le monde est là ou presque. Se serrer la main, s’embrasser, en plein milieu de la rue principale, oui mais de toute façon il ne passera aucune voiture, n’est-ce pas ;
Admirer Lulu gambadant tout sourire, ses boucles châtain et son épée en plastique (on sait jamais quand même) oui mais « aujourd’hui c’est pour dire qu’on veut plus de la guerre », « pour se rappeler qu’il ne faut pas oublier », allez expliquer 14/18 à un enfant de 3 ans et demi…
Se retrouver tous devant le monument aux morts, écouter Jean-Pierre le maire nous parler de Jaurès et des pacifistes, mais aussi de l’extrémisme et de l’intolérance intolérable, de ce qui sépare, éloigne, là-bas, ici…
Une minute de silence, Lulu a entendu voler la mouche, écrit Phil le papa photographe qui signe, houps, avec le profil Facebook de Richard, parce que session de tablette restée ouverte, etc, etc, oui à la campagne on a le numérique… collaboratif ;
Collaboratif, associatif, allez savoir, oui mais associatif comme le Café du village, dont c’est l’inauguration aujourd’hui de l’autre côté de la rue. Bel exemple de partenariat privé/public : le Pavillon Café n’est ouvert que l’été pendant la saison touristique, alors pour qu’il vive aussi les jours où aucune voiture ne passe, les habitants en association vont se relayer pour le tenir tous les après-midi. Ici on est bien loin du dogme de la croissance, loin aussi des rêves de levée de fond pour start’up valorisée. Oui mais… on fait de la Sharing Economy, au quotidien tout simple, sans Business Model Innovator, sans accélérateur pour jeunes pousses et sans même le savoir.
Mais parce que restent des pommes tombées sous les pommiers (4 tonnes quand même !), alors on s’en va les presser pour le jus du village vendu au Café.
Et se dire qu’on est au moins 3 à avoir envie de venir y coworker (on réussira bien à avoir un peu de 3G !). Et que Verriki a besoin de changer les photos de son site… et que Romain aurait besoin de crowndfunding pour augmenter le nombre de ses ruches…
Innover, explorer, fabriquer (des nichoirs à mésanges, promis), incuber : et si c’était là, oui, dans les franges de nos territoires oubliés que s’écrivait le monde qui vient, entre lenteur et nouvelle ruralité…

Centre de ressource du patrimoine du Pays Vallée de la Sarthe – projet préfiguratif

site réseau vente de ressources du patrimoineUn site corporate collaboratif permettant la présentation du projet préfiguratif du Centre de Ressources du Patrimoine du Pays Vallée de la Sarthe. Création d’un annuaire de 26 associations patrimoine adhérentes avec une page dédiée pour chacune et la possibilité de diffuser des articles de leurs infos dans un journal collectif. Géolocalisation par mots-clés.

​Présentation à l’ensemble des acteurs de la communauté des adhérents. Accompagnement technique d’une année pour la prise en main de l’outil. A ensuite fonctionné en autonomie (le projet final du Centre de Ressource étant actuellement en attente de réalisation, la communauté est en sommeil)

Créé et hébergé sur la plateforme ViaBloga.

www.patrimoinevalleesarthe.org

Communauté de l’amap « le clos vert » Crosmières/Sablé (72)

site et blog collaboratifUn site corporate imbriqué avec un blog collaboaratif : 150 amapiens répartis sur le territoire du pays de la Vallée de la Sarthe, 2 lieux de distribution de commandes de produits bio, une vingtaine de producteurs en circuit-court. Chaque semaine la « feuille de choux », des recettes originales classées par mots-clé, les infos des producteurs, la possibilité de déposer des annonces pour les amapiens et d’écrire des articles de discussions. Géolocalisation par carte des profils pour organiser du co-voiturage pour aller chercher les commandes.

Gestion de la communauté pendant 2 années. Fonctionne maintenant en autonomie. Poursuite actuel de l’accompagnement par un soutien technique par mail.

Créé et hébergé sur la plateforme ViaBloga.

www.amapleclosvert.org

 

Vers une sobriété heureuse

Pierre Rabhi - Kaisen MagazineAbondance des êtres fertiles

 » Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n’est plus qu’un gisement de ressources à exploiter et à épuiser. Seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d’une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé mondialisation. Ainsi pourrons nous remettre l’humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur. « 

Pierre Rabhi

A découvrir dans le hors-série de Kaïzen magazine

Surfer la vie

Surfer la vieComment construire et penser le monde de demain ?  J. de ROSNAY

<< Notre société est en train de changer de visage. Non plus fondée seulement sur des rapports de force mais sur des rapports de flux, non plus guidée par l’individualisme exacerbé ou par la logique de l’affrontement mais sur la nécessaire solidarité.

L’avènement de cette société de la fluidité est inspiré notamment par les sciences qui depuis plusieurs décennies expliquent que les liens ou les interactions sont plus importants que les éléments matériels qui constituent notre monde physique ou biologique. Et ce nouveau regard nous invite à aborder autrement les grands défis actuels : économiques, sociaux, environnementaux.

Surfer la vie, c’est savoir profiter et jouir de l’instant, être à l’écoute de son environnement, de ses réseaux, évaluer en temps réel les résultats de son action et s’adapter à l’imprévu.>>

> Voir le site Surfer la vie

Installation éphémère 2013

Présentée lors des journées d’Asnières-sur-toiles, les 2 et 3 juin.

Le « Jardin augmenté » s’est installé pour 2 jours à Asnières-sur-Vègre dans le bas du chemin du tertre, prolongeant sur la rue celui de l’Atelier du jardin bleu qui la borde. L’ensemble éphémère s’étale au milieu des vivaces que nous avons plantées il y a maintenant plus de 25 ans afin de fleurir de façon naturelle la rue. Leur entretien se fait depuis toutes ses années sans aucun pesticide.
Les créations qui composent l’installation ont été réalisées dans des bois récupérés ou d’anciennes palettes. Les impressions photographiques sont tirées sur papier écologique et marouflées sur des tissus recyclés ou des chutes d’intissés papier. L’ensemble a été conçu dan un objectif de moindre impact.
Il est possible de retrouver toutes les pages web vers lesquelles renvoient les QR codes de l’installation, dans les articles de la rubrique correspondante sur ce site.
Les visiteurs ont été invités à participer à l’augmentation du jardin en intégrant, sur les réseaux sociaux proposés, des infos de démarches collaboratives en lien avec les thématiques proposées, ainsi que des photos.
Le dimanche midi un pique-nique collaboratif  (chacun apportant son panier, table de camping, couvertures et joie d’être ensemble…) a permis à tous de prendre le temps d’échanger plus largement.
SONY DSC

Eco-conception de l’installation : Bruno Clep, Isabelle Clep-Guetny
Réalisation : Bruno Clep (récupération et fabrication bois, semis et plantation, conseils en oiseaux et petites bêtes)
– Isabelle Clep-Guetny (création internet et QR codes, impressions photographiques)
– Bartimé Clep (hébergeur d’insectes)
– Marie-Dominique Rabineau (couture de feuilles)
– Cécile Clep (mise en espace et imagination culinaire)
Crédits photographiques : toute la tribu du Jardin bleu

Merci
– aux voisins de village pour les outils, matériel et arbres bienveillants
– aux artistes d’Asnières-sur-toiles pour l’accrochage des supports
– aux théâtreux de la troupe des Vilains de Parcé pour leur égaillage du jardin
– aux coworkers de la Ruche numérique Le Mans pour leur arrosage digital

f9ef2166465ebd1487ab58b634e08858HH